L’Étranger d’Albert Camus

Publié en 1938, L’Étranger est le plus grand succès de l’écrivain Albert Camus. Traduit en 68 langues différentes et troisième roman francophone le plus lu dans le monde, l’Étranger a désormais droit à son adaptation en manga. L’œuvre promet une touche nippone pour plaire aux passionnés de bandes dessinées japonaises, ainsi qu’un scénario au cordeau pour charmer les amoureux de la littérature française.

Présentation de l’adaptation

L’adaptation du célèbre roman est réalisée par Ryota Kurumado. Celui-ci, après avoir déjà adapté le roman La Peste du même auteur, s’est tourné vers un autre classique français.

Aussi bien responsable du scénario que du dessin, Ryota Kurumado souhaite reproduire le même succès avec cette nouvelle adaptation publiée chez les éditions Michel Lafon. Le manga est disponible en librairie à partir du 17 mai, au format 14,5 x 21 cm et compte 304 pages.

Résumé

L’histoire est la même que celle du roman original d’Albert Camus. Nous suivons Meursault, un personnage-narrateur vivant en Algérie française. L’histoire commence lorsque le protagoniste apprend le décès de sa mère. Une annonce qui semble le laisser indifférent et qui intrigue alors le lecteur. Nous apprenons par la suite que Meursault est indifférent à tout ce qui l’entoure, à toute perturbation, qu’il s’agisse de la mort d’un proche, d’une demande en mariage ou de son propre procès.

L’Étranger d’Albert Camus porte bien son nom, et suit l’histoire d’un homme qui se sent étranger du monde, par son manque d’émotion, son détachement à l’autre et à la vie. Un véritable questionnement sur la méchanceté de l’Homme et son comportement face à ce qu’il ne connaît pas.

Les points forts du manga

Au premier abord, l’adaptation de L’Étranger en manga a de quoi laisser sceptique les adeptes de la littérature française. Pourtant, ceux qui ont lu l’adaptation de Ryota Kurumado de La Peste savent à quel point le mangaka maîtrise son art.

Ryota Kurumado est connu pour offrir une narration originale qui happe le lecteur sans pour autant aller dans l’excès. Les dessins expressifs de Kurumado assurent une retranscription fidèle de la profondeur psychologique et des réflexions du roman.

La maison d’édition Michel Lafon est également à la hauteur du défi. Elle propose une édition qualitative, avec un papier de bonne qualité, plus épais que le papier manga classique.

Les points faibles du manga

Le premier point faible de l’œuvre est qu’un manga n’est pas un roman. Avec l’adaptation de La Peste, nous avions déjà constaté un nombre de dialogues assez restreint. L’Étranger n’échappe à la règle avec une narration moins fournie, mais toujours aussi immersive.

Dans un second temps, le protagoniste, Meursault, se présente sous des traits bien trop jeunes pour son personnage. C’est aussi le cas des autres protagonistes de l’histoire, ce qui laisse un sentiment étrange de jeunesse et de naïveté. 

Si cette sensation étrange disparaît au fil de la lecture, celle-ci risque de largement décontenancer les connaisseurs du roman original. Ces derniers ne s’attendent pas à des personnages juvéniles aux allures enfantines.

Notre avis sur L’Étranger

L’adaptation d’une grande œuvre comme L’Étranger d’Albert Camus ne laisse jamais de marbre. Avec Ryota Kurumado, le livre s’assure un succès retentissant, et ce, aussi bien de la critique japonaise que française. 

Le scénario original est respecté, ce qui permet de redécouvrir sous de nouveaux traits cette œuvre unique en son genre. Malgré quelques fausses notes, l’adaptation de L’Étranger s’avère à la hauteur de nos attentes. Rendez-vous le 17 mai en librairie.   

Nous suivre sur Google ActualitésCommenter cet article
5/5 – (1 vote)

Date de publication :

Catégorie :

Auteur / Autrice :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *